Apport du traitement manuel neural dans la douleur chronique

L’étirement d’un nerf modifie sa structure, il s’allonge et diminue son diamètre, ceci a pour conséquence d’allonger également les fibres nerveuses de petit diamètre situées au niveau de ses gaines superficielles (épinèvre et périnèvre).

Ces nerfs du nerf (nervi nervorum) permettent d’appréhender que les nerfs ne sont pas que de simples fils, livrant passage à des signaux électriques. Ce sont eux-mêmes des récepteurs vraisemblablement polymodaux qui codent entre autres l’étirement. Ils peuvent donc être hyperstimulés lors d’accident, ce qui entraînera des réflexes de protection musculaire.

À travers un exemple, le nerf fibulaire profond, nous allons décrire la méthodologie clinique neurale. Tout d’abord, au niveau de l’arc inférieur évaluer la tonicité des différentes loges musculaires, par un testing biomécanique. Puis localiser grâce à une palpation sensorielle les territoires musculaires hypertoniques.

Ensuite, une stimulation par compression du nerf concerné nous confirmera le plus souvent la dominance du nerf sur les muscles qui deviendront plus mobiles. Il suffira alors d’apporter une neurostimulation manuelle (saturation) sur l’endroit déterminé juste avant. Il conviendra, suite à la neurostimulation, de vérifier son effet local et à distance.

Dysfonctions neurales, algies posturales et neurostimulations manuelles
Villeneuve P. Dysfonctions neurales, algies posturales et neurostimulations manuelles
Apport du traitement manuel neural dans la douleur chronique Clinique et traitement, méthodologie illustrée avec le nerf fibulaire profond. La Revue de l’Ostéopathie, 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.